Le culte de saint Joseph est en forte croissance dans l’Église

Le culte de saint Joseph est en forte croissance dans l’Église

L’un des plus illustres prophètes à ce sujet est le dominicain Isidore de Isolanis (1477-1528), qui, selon le pape Benoît XIV (1675-1740), est, au même titre que Jean Gerson (1363-1429), l’un des écrivains ayant le plus contribué à faire connaître saint Joseph et à étendre son culte.

En 1522, dans un ouvrage dédié au pape Adrien VI (1459-1523) et intitulé La somme des dons de saint Joseph, Isidore de Isolanis écrivait ainsi prophétiquement : « Une grande joie sera donnée dans l’avenir à l’Église militante par la connaissance de la sainteté du divin Joseph. L’Esprit Saint ne manquera pas, en effet, d’émouvoir le coeur des fidèles, jusqu’à ce que l’Église universelle honore le divin Joseph d’une nouvelle vénération, fonde des monastères, bâtisse des églises et érige des autels en son honneur... Avant la fin des temps, tous les peuples connaîtront et adoreront le nom du Seigneur, et vénéreront aussi les dons magnifiques que Dieu a accordés à saint Joseph, et qu’il a laissés si longtemps comme inconnus. C’est alors que le nom de Joseph recevra les hommages de toute la terre. On bâtira des temples en son honneur, on célébrera des fêtes,les peuples lui feront des voeux ; car le Seigneur parlera à leur intelligence et à leur coeur, et de grands hommes scruteront les dons intérieurs de Dieu, cachés en saint Joseph, et trouveront un trésor précieux, tel qu’on n’en trouve pas de pareil parmi les Pères de l’Ancienne Alliance. Ces lumières seront données par les saints anges...

Le nom de saint Joseph sera en tête du calendrier, et sa fête sera honorée comme une fête principale. Le vicaire de Jésus-Christ ordonnera, sous l’impulsion de l’Esprit Saint, que la fête de ce très saint homme, appelé père de Jésus-Christ et époux de Marie, soit célébrée dans toute l’Église : et ainsi, celui qui dans le Ciel a toujours été au-dessus, ne sera pas au-dessous sur la terre. »

Comme en écho, le pape Jean-Paul II lui répond aujourd’hui : « Au cours des générations, l’Église lit les témoignages sur Joseph d’une manière toujours plus attentive et plus consciente, comme si elle tirait du trésor de cette figure un signe "du neuf et du vieux" (Mt 13,52). »

C’est aussi l’avis du père Doze (1926-2010), ancien chapelain de Lourdes : « Comme la révélation du Père à son peuple ne se fit que progressivement, de la même façon, le dévoilement de Joseph se fera de manière progressive, par la volonté du Père Éternel de qui tout vient. »